3-1 | Table of Con­tents | http://​dx​.doi​.org/10.17742/IMAGE.stealimage.3-1.1 | Lafor­est PDF


Spe­cial dossier: Steal­ing the image

How to define the own­er­ship of an image at a time when the media them­selves are in a state of con­stant flux; when they have become the objects of a pro­found reor­ga­ni­za­tion in the econ­o­my of visu­al exchange, dis­tri­b­u­tion, and con­sump­tion across cul­tures?

How to pin­point the moment in such a con­text when a visu­al cita­tion becomes an iron­ic appro­pri­a­tion?

Or when an image is actu­al­ly being stolen? And more blunt­ly, how to sim­ply con­ceive of an image that has the abil­i­ty to remain pri­vate in the ear­ly 21st cen­tu­ry?

This spe­cial dossier on “Steal­ing the image” is Imag­i­na­tions’ first con­tri­bu­tion to these ques­tions. Much has been said in the past decade on the alleged down­fall of the music indus­try caused by a new stage in its mechan­i­cal (or rather dig­i­tal) repro­duc­tion. But things remain unclear when it comes to images and their rela­tion­ship to the same upheaval regard­ing the notions of prop­er­ty, rep­re­sen­ta­tion, and cir­cu­la­tion in the brave new world of today. Arguably, they are also more com­plex.

With this issue, we are also proud to present an exclu­sive mul­ti­me­dia port­fo­lio of works by Anglo-Ger­man artist Tanya Ury. Through a daz­zling vari­ety of forms rang­ing from visu­al poet­ry to video, from immer­sive sound exper­i­ments to field pho­tog­ra­phy, and from re-con­tex­tu­al­ized visu­al archives to inti­mate per­for­mance, Ury offers cru­cial ques­tion­ings on the state of the cul­tur­al as well as the per­son­al self in a world where nation­al iden­ti­ties are being chal­lenged by the shift­ing bound­aries between media, between pub­lic and pri­vate, or even between the sens­es them­selves.

Dossier Spé­cial: Sub­tilis­er l’image

Com­ment définir la pro­priété d’une image à une époque où les sup­ports médi­a­tiques sont sai­sis dans un flux con­stant; à une époque où eux-mêmes sont devenus les objets d’une réor­gan­i­sa­tion pro­fonde dans l’économie des échanges, de la dis­tri­b­u­tion, et de la con­som­ma­tion cul­turelle du visuel? Com­ment, dans un tel con­texte, iden­ti­fi­er le moment où une cita­tion visuelle bas­cule du côté de l’appropriation décalée? Où alors le moment où une image devient l’objet d’un vol pur et sim­ple? Plus expressé­ment encore, com­ment con­cevoir qu’une image puisse sim­ple­ment demeur­er de l’ordre du privé à l’aube du XXIe siè­cle? On a dit beau­coup de choses durant la dernière décen­nie sur ce qui est perçu comme l’effondrement de l’industrie de la dis­tri­b­u­tion musi­cale, résul­tat d’un nou­veau stade dans l’évolution de sa repro­ductibil­ité tech­nique (ou main­tenant dig­i­tale). Toute­fois l’affaire demeure beau­coup moins claire en ce qui a trait aux images en tant qu’elles sont désor­mais l’objet d’un boule­verse­ment sim­i­laire dans leur rap­port à la pro­priété, dans leur cir­cu­la­tion, et dans leur représen­ta­tion. À tout pren­dre, on peut sup­pos­er que les choses pren­nent alors une tour­nure beau­coup plus com­plexe. Ce dossier spé­cial inti­t­ulé « Sub­tilis­er l’image » entend con­stituer une pre­mière con­tri­bu­tion de Imag­i­na­tions au champ dess­iné par ces ques­tion­nements.

Dans ce numéro, nous sommes égale­ment fiers d’accueillir un port­fo­lio exclusif des œuvres de l’artiste anglo-ger­manique Tanya Ury. À tra­vers une var­iété éton­nante de formes qui vont de la poésie visuelle à la vidéo, de l’expérimentation sonore immer­sive à la pho­togra­phie de ter­rain, et de l’archive pho­tographique recon­tex­tu­al­isée à la per­for­mance intime, Ury sug­gère des ques­tions cru­ciales quant au statut des iden­tités per­son­nelle et cul­turelle dans un monde où l’idée d’une appar­te­nance nationale nette se voit remise en ques­tion par les fron­tières désor­mais mou­vantes entre les tech­nolo­gies médi­a­tiques, quand ce n’est entre les sens mêmes dont nous dis­posons tous afin de cir­con­scrire notre place au monde